ATTEINTES RHUMATOLOGIQUES


Stacks Image 16

L’association entre l’HS et d’autres pathologies inflammatoires comme les maladies instestinales chroniques inflammatoires (maladie de Crohn plus particulièrement) et les pathologies inflammatoires rhumatismales (spondylarthropathies) a été établie par plusieurs études observationnelles bien conduites émanant d’équipes internationales différentes.

Certaines publications suggèrent que  des mécanismes immunologiques agissant contre les différents auto-antigènes présents dans les lésions de la Maladie de Verneuil chronique provoqueraient des symptômes rhumatologiques.
--> 3 hypothèses sont émises quant à l’origine de ces symptômes :
 Un fragment de bactérie, pourrait partager une structure commune antigénique avec l'os et le cartilage et provoquer une réaction immunologique inappropriée contre l'articulation. 
 Certains fragments de paroi cellulaire bactérienne provenant de lésions de Verneuil pourraient passer dans la circulation sanguine, se lier à des anticorps, pour finalement se déposer sur le tissu synovial, où ils pourraient activer un complément et produire une arthrite inflammatoire, mais stérile. 
 La Maladie de Verneuil devant exposer les antigènes cutanés au système immunitaire elle pourrait provoquer, par conséquent, des réactions immunitaires automatiques. Une rupture dans la tolérance envers les antigènes cutanés pourrait ainsi être démasquée par le processus inflammatoire impliqué dans la Maladie de Verneuil.


Avis du groupe de travail HS du Centre de preuve de la SFD

L’association décrite avec des pathologies inflammatoires digestives ou rhumatismales
justifie la recherche systématique de symptômes évocateurs de ces pathologies au cours de l’interrogatoire (asthénie, amaigrissement, douleur/raideur matinale d’horaire inflammatoire du rachis/raideur matinale ou des articulations périphériques, gonflements des articulations périphériques, sciatiques ou fessalgies à bascule, talalgies, douleurs sternales pour le rhumatisme inflammatoire ; douleurs abdominales fébriles ou non, sang ou glaires dans les selles ; diarrhées pour les maladies intestinales chroniques inflammatoires).

En cas de doute, le patient sera adressé à un spécialiste.


© 2020 Marie-France Bru-Daprés pour l’AFRH